La bibliothèque d’études iraniennes “James Darmesteter” du CeRMI est une bibliothèque de recherche dont le fonds, riche de plus de 25 000 ouvrages et 400 titres de périodiques, est particulièrement orienté vers les domaines des langues anciennes, de la littérature classique, de la philosophie iranienne, de l’histoire et archéologie. Ses collections sont aujourd’hui hébergées dans les locaux de la Bibliothèque Universitaire des Langues et Civilisations (BULAC), Pôle Lettres et Langues (PLC), à Paris. La responsabilité et la gestion de ces fonds sont confiées à une ingénieure d’études du CeRMI en délégation à la BULAC. Le fonds iranien compte aujourd’hui parmi les fonds de recherche les plus consultés à la BULAC.

Adresse : BULAC, 65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris.
Ouverture : du lundi au samedi, 10h – 22h
www.bulac.fr

Inscriptions : https://www.bulac.fr/preparer-sa-venue/sinscrire/

Catalogue en ligne : https://koha.bulac.fr/

Renseignements et contact :
Mme Farzaneh Zareie (CeRMI/BULAC), responsable du domaine persan à la Bulac
tél : 33 (0)1 81 69 18 85


Accessibilité des collections
Par beaucoup d’aspects, la Bibliothèque « James Darmesteter » représente un fonds unique non seulement en France, mais également à l’étranger. Grâce à son dépôt à la BULAC, elle participe au service du prêt inter-bibliothèques, y compris pour d’autres pays de l’Union Européenne. La totalité des ouvrages et documents se trouve intégrée dans le catalogue informatique de la BULAC (https://koha.bulac.fr/), consultable dans le Système Universitaire de documentation SUDOC (http://www.sudoc.abes.fr), mais aussi par le biais du réseau international Worldcat.

Périodiques
La bibliothèque est couramment abonnée à une quarantaine de périodiques spécialisés sur le monde iranien, et possède près de 300 autres revues « mortes ». Outre des titres académiques de référence tels que Iran, Iranian Studies, Iranica Antiqua, Persica, Studia Iranica et d’autres encore, une collection exceptionnelle de périodiques publiés en Iran vient compléter l’offre de la bibliothèque. Parmi ces derniers, figurent des revues parfois difficilement accessibles en Iran même, notamment Salam et  Risalat. On peut également citer la présence de la revue Film, dont les premiers numéros datent du début de la révolution iranienne, ainsi que de Rahavard et Ava-ye Za publiées par la diaspora iranienne.

Manuscrits
La bibliothèque possède une petite collection de manuscrits (décrits en 2007) : trois en arabe, y compris un Coran de l’époque qājār enluminé (une commande princière, datée 1279/1862-63), trois en persan, dont une version de Hamza-nāma anonyme, ainsi qu’un en turc chaghatāy. Au moins deux de ces manuscrits viennent de James Darmesteter (1849-1894), linguiste, professeur de persan au Collège de France, dont la bibliothèque porte aujourd’hui le nom. Un autre manuscrit persan provient des livres de Marijan Molé (1924-1963). Ces volumes viennent enrichir la collection des manuscrits de la BULAC.

Fonds d’archives
Plusieurs fonds d’archives font partie intégrante de la bibliothèque. Ils bénéficient depuis peu de conditions d’accessibilité particulièrement favorables grâce à l’établissement d’inventaires détaillés par les chercheurs spécialistes du domaine, travaux effectués pour la plus grande partie dans les années 2000-2018. En particulier,
Fonds Alphonse Nicolas (1864-1939) : archives personnelles d’un consul de France à Tabriz,
Fonds Henry Viollet (1880-1955) : notes, carnets, croquis, photographies rassemblés par l’architecte français H. Viollet entre 1904 et 1913 lors des missions archéologiques au Soudan, Égypte, Mésopotamie, Perse et Asie centrale,
Fonds Jean de Menasce (1902-1973) : correspondances, notes et archives de recherche en religions de l’Iran ancien,
Fonds Marijan Molé (1924-1963) : notes et archives de recherche en religions et histoire de l’Iran ancien,
– Fonds André Maricq (1925-1960) : objets archéologiques et archives de recherche (inventaire en consultation interne).

Enrichissement constant des collections
Les collections de la bibliothèque continuent d’être enrichies non seulement par la voie d’acquisition et d’achat, mais aussi grâce à la générosité du milieu même de la recherche en études iraniennes.
Divers personnalités scientifiques, ou leurs héritiers, ont fait don à la Bibliothèque « James Darmesteter » de la totalité ou en partie de leurs bibliothèques de recherche personnelles. Parmi ces légataires, figurent d’éminents iranologues tels que les spécialistes des religions préislamiques Marjan Molé (1924-1963) ou Jean de Menasce (1902-1973), mais surtout Gilbert Lazard (1920-2018), linguiste et littéraire, membre de l’Institut. Les ouvrages provenant du fonds privé légué par Gilbert Lazard sont aujourd’hui identifiables par la présence de son ex-libris.
Plusieurs de nos regrettés collègues ont également transmis leurs fonds de recherche à la bibliothèque, notamment Jean Calmard (1931-2017), historien du monde iranien médiéval et moderne, Marina Gaillard (1950-2015), spécialiste de la prose persane médiévale. Shojaoddin Shafa (1918-2010), un des fondateurs de la Bibliothèque nationale d’Iran, a légué non seulement 2 000 ouvrages mais aussi une importante correspondance institutionnelle et des archives scientifiques.


Bref historique de la bibliothèque
La Bibliothèque d’études iraniennes « James Darmesteter » a été créée en 1947 à Paris grâce à l’initiative de plusieurs iranologues, alors enseignants aux Langues’O et à l’EPHE, notamment Gilbert Lazard, Émile Benveniste, Jean de Menasce. Depuis 1971 et la création de l’Institut d’Études Iraniennes (IEI) de la Sorbonne nouvelle Paris 3, cette bibliothèque a trouvé fut associée au Service Commun de Documentation (SCD) de cette université. Depuis 1994, elle a été gérée par l’UMR7528 Mondes iranien (puis Mondes iranien et indien), dont le CeRMI est l’héritier. À la fin juin 2011, en vertu d’une convention de dépôt et de partenariat signée entre le CNRS, l’Université Sorbonne nouvelle Paris 3 et la Bibliothèque Universitaire des Langues et Civilisations (BULAC), les fonds de la bibliothèque ont été déposés à la Bibliothèque Universitaire des Langues et Civilisations du Monde (BULAC), sise au 65 rue des Grands Moulins, dans le 13e arrondissement de Paris, au voisinage de la Bibliothèque nationale de France “François Mitterand”.