Les activités de l’axe menées par des chercheurs travaillant chacun sur plusieurs langues iraniennes se déploient en plusieurs directions : recherches typologiques et théoriques sur les langues de l’aire iranienne et de l’Asie de l’ouest ; des­cription et documentation des langues iraniennes, notamment les langues en danger ; élabora­tion de ressources (bases de données, corpus numériques, matériaux lexicographiques et étymo­logiques, manuels pédagogiques…) ; philologie et linguistique historique de l’iranien.
Une partie des projets de cet axe s’effectue en collaboration avec le Labex Fondements empiriques de la linguistique (EFL) : “Langues et isoglosses de l’aire Iran-Caucause-Anatolie” et “Élaboration de ressources linguistiques en ligne pour les langues iraniennes de l’ouest”. Plusieurs collaborations nationales et internationales sont en cours.

Coordination scientifique : Pollet Samvelian
Participants : Samra Azarnouche, Matteo De Chiara, Emmanuel Giraudet, Philip Huyse, Agnes Korn, Pollet Samvelian, Daniel Septfonds, Murad Suleymanov, Farzaneh Zareie

V.1. Typologie linguistique
Au carrefour de langues typologiquement et génétiquement variées (iraniennes, sémitiques, caucasiennes, turciques), l’aire iranienne (au sein de l’Asie de l’ouest) présente un intérêt certain pour l’étude du phénomène de contacts des langues.
Grammaticalisation et dégrammaticalisation,
– Typologie de l’ordre des mots,
– Les clitiques dans les langues iraniennes.

V.2. Description et documentation des langues iraniennes
De nombreuses langues iraniennes, en particulier les langues en danger d’extinction et les langues minoritaires (par exemple l’ormuri, le bachkardi, le baloutchi), restent encore peu décrites et leur sauvegarde et documentation s’imposent comme une urgence prioritaire. Pour les langues plus étudiées (le persan ou le pashto, notamment), il s’agira d’approfondir l’étude certains phénomènes ou de produire des nouvelles descriptions conformes aux méthodes actuelles.

V.3. Élaboration de ressources linguistiques
Contrairement aux langues européennes, des ressources linguistiques iraniennes de base reflétant les connaissances actuelles font défaut, mêmes pour les langues iraniennes majeures. Les activités de cette thématique ont donc pour objectif la constitution de corpus, d’outils lexicographiques, de bases de données électroniques en accès libre.
– Études étymologiques et historico-culturelles du vocabulaire et au contact des langues, et études sur la lexicologie en vue de la constitution des dictionnaires de langues iraniennes (lexique de base, mots d’emprunt, corpus oraux…),
– Constitution de bases de données et de corpus annotés (notamment l’enrichissement de PersPred, base de données syntaxique et sémantique multilingue des prédicats complexes du persan, http://www.perspred.cnrs.fr/, et l’élaboration des ressources supplémentaires, tels des corpus de textes oraux des langues méconnues),
– Élaboration d’outils pédagogiques : matériaux didactiques et manuels de référence des langues étudiées (ici: moyen-perse, et pashto) d’une part pour les locuteurs français et d’autre part à l’usage des locuteurs natifs.

V.4. Linguistique historique, philologie et onomastique
Les langues iraniennes disposent d’une énorme richesse de documents datant des trois millénaires de leur histoire (le persan est en effet parmi les langues indo-européennes ayant la plus longue histoire écrite). Des travaux divers exploitent la richesse de cette documentation à la faveur de l’interdisciplinarité :
– Éditions critiques de textes en moyen-perse (notamment, Dēnkard IV),
Systèmes d’écriture de l’ancien et moyen-iranien,
– Noms propres iraniens dans les sources latines (dans le cadre de l’Iranisches Personennamenbuch),
– Atlas toponymique de la vallée de Swat (Pakistan).